La 1re solution BIM
entièrement dédiée aux métiers
du plâtre et de l'isolation

Emmanuel Di Giacomo d’Autodesk

Nous avons l’immense plaisir et l’honneur de recevoir aujourd’hui Emmanuel DI GIACOMO qui au-delà de son travail quotidien chez Autodesk, est aussi l’ambassadeur du BIM en France et un peu partout dans le monde.

Emmanuel nous livre en toute sincérité et sans langue de bois sa vision d’expert du BiM.  Où en est le BiM en France ? Quels sont les freins et les bénéfices ? Quels sont les vecteurs d’amélioration ?

Alors découvrez sans plus attendre ce témoignage passionnant.

Bonjour Emmanuel,

Tout d’abord un immense merci d’avoir accepté cet interview malgré ton emploi du temps particulièrement chargé.

   
  • Emmanuel, pourrais-tu te présenter à nos lecteurs et nous raconter ton parcours qui t’a mené jusqu’à ton poste actuel de responsable Européen des écosystèmes BiM chez Autodesk.

Je suis Emmanuel DI GIACOMO responsable des écosystèmes BiM chez Autodesk.

J’ai tout d’abord fait des études d’architecture et j’ai obtenu mon diplôme il y a 26 ans. Dès le début, j’ai tout de suite été passionné par les technologies 3D.  Lors de mes études, je m’occupais du laboratoire informatique et de l’enseignement des technologies 3D aux autres étudiants. Pour moi, le dessin et la conception 3D sont très importants et complémentaires du dessin 2D.

Après avoir obtenu mon diplôme d’architecte, j’ai travaillé dans plusieurs agences d’architecture puis dans un organisme qui s’occupait de réhabilitation du patrimoine et pour lequel je m’occupais aussi de la partie informatique.

J’ai ensuite bifurqué et suivi une formation de concepteur-réalisateur multimédia.

Ce fut pour moi l’occasion de faire à nouveau de la 3D tout en créant des CD-ROM interactifs pour les enfants chez Flammarion Multimédia. J’étais assistant chef de projet et mon rôle consistait à modéliser des environnements 3D ainsi que toutes sortes de décors. Ce fut une expérience passionnante !

Par la suite, j’ai intégré la société ABVENT, éditeur d’un logiciel 3D pour les architectes, les designers et les concepteurs du bâtiment, en tant que Product Manager de trois logiciels, avant d’intégrer la société Autodesk.

  • Peux-tu nous décrire en quelques mots, quelles sont les principales missions qui rythment ton travail quotidien chez Autodesk ?

J’ai d’abord été responsable marketing AEC et SIG pour le marché français pendant trois ans.

Je me suis notamment occupé du lancement d’Autodesk Revit en France.

Ensuite, j’ai assuré pendant 6 ans le suivi méthodologique et technique de nos clients qui passaient de la CAO au BIM, ainsi qu’à Revit. Cette période a été vraiment passionnante pour moi car j’ai pu accompagner tous types de clients et notamment des entreprises de construction, des architectes, des ingénieries, des spécialistes de la préfabrication.

J’ai eu la chance de travailler avec des entreprises comme Louis Vitton (LVMH) dans le cadre du développement de leurs boutiques, ou des acteurs Français comme les agences d’architecture Brunet Saunier Architecture, DGLa, ou internationaux comme les agences Zaha Hadid Architects, Piero Lissoni, Antonio Citterio, SENER, IDOM, Gae Aulenti… 

J’ai ensuite été responsable technique du réseau des revendeurs Autodesk. Mon rôle était de coacher, de former et d’informer nos partenaires sur l’évolution des technologies chez Autodesk.

Aujourd’hui, j’ai le rôle de responsable Européen des écosystèmes BiM et mon rôle est d’identifier et d’appuyer sur les leviers qui permettront au BIM de se développer en France et partout ailleurs dans le monde.

Parmi mes missions, je dois identifier les perles rares, et aussi aider et connecter entres-elles les sociétés à fort potentiel.

 Je fais également de nombreux workshops et notamment auprès des étudiants, car pour moi l’éducation est vraiment très importante, puisque ce sont les jeunes d’aujourd’hui qui deviendront les ambassadeurs du BIM et du numérique de demain et aideront à cette transition tant attendue et nécessaire.

  • Tu œuvres énormément au quotidien pour promouvoir le BiM et ses acteurs, pour dénicher des perles rares et nous fournir des mines d’or d’informations toutes plus enrichissantes les unes que les autres, mais comment fais-tu pour abattre autant de travail ? peux-tu nous raconter à quoi ressemble une journée de travail pour Emmanuel Di GIACOMO ?

Il est vrai que mes journées sont bien remplies et que je travaille beaucoup.

En gros, j’ai deux journées de travail :

  • Une première partie de 9h à 19-20h au bureau :

En général, je commence la journée par faire un peu de veille en essayant d’identifier et de classer, afin de les lire en détail plus tard, les newsletters et informations pertinentes pour les acteurs Français mais également un peu partout dans le monde. Cela me permet également de m’informer sur les nouvelles technologies émergentes. Cette veille est bien entendu sur nos informations internes et sur les informations extérieures.

J’enchaine ensuite avec mes rendez-vous, soit avec des start-ups, des clients ou alors sur des séminaires ou présentations. Je produis également du contenu pour mes différents réseaux de communication et quand il me reste un peu de temps, je travaille sur Revit.

  • Et puis, lorsque je rentre chez moi et après avoir passé un peu de temps personnel, je me remets au travail vers 22-23h jusqu’à 1H ou 2h du matin, voire plus…

Je termine de rédiger mes articles et je réponds à mes e-mails. En effet, l’un des avantages mais aussi inconvénients de mon travail, c’est que je rencontre énormément de monde, et comme dans la journée je suis régulièrement à l’extérieur, et bien pendant ce temps les e-mails s’accumulent. Ces rencontres avec les personnes qui font ce marché est l’aspect le plus important et le plus passionnant de mon métier.

Pour moi, c’est essentiel de beaucoup travailler si on veut que le BIM se développe chaque jour un peu plus « tout ce qui peut permettre d’apporter sa pierre à l’édifice du BIM, je m’attache à le promouvoir et le pousser. ».

 

  • Pourrais-tu nous raconter comment t’es venu cette passion pour le BiM ?

Au début, je n’étais pas passionné par le BIM à proprement parlé, puisque cela n’existait pas encore.

J’ai plutôt été immédiatement passionné par le dessin, le croquis, la perspective montée, puis la 3D numérique dès que je l’ai connue. Je me rappelle de mon étonnement et émerveillement la première fois où je suis entré dans le laboratoire informatique de mon école d’architecture (UP7) et que j’ai découvert des ordinateurs Mac + où on utilisait le logiciel Architrion, ancêtre des logiciels BIM et 3D actuels. Ce fut un choc…positif !

 J’ai immédiatement compris les avantages que cela pouvait représenter pour valider un projet et j’ai tout de suite beaucoup aimé modéliser en perspective 3D.

On peut dire que ma passion est née à cet instant.

 

  • Tu es également l’auteur d’un magnifique blog « ABCD Blog » ainsi qu’une étonnante ville Utopique réalisée sous Revit Architecture, qui compte plus de 90 000 abonnés, pourrais-tu nous en dire quelques mots ?

 

Oui effectivement je suis l’auteur d’ABCD Blog et j’utilise aussi intensément mes comptes Twitter et LinkedIn pour diffuser de l’information.  

Je publie au quotidien des articles avec pour objectif de relayer des informations pertinentes pour les professionnels qui travaillent en BIM ou qui envisagent de s’y mettre. Je parle des tendances numériques, des projets, des événements, des séminaires, des professionnels qui gravitent autour du BIM.

Lien ABCD Blog : http://www.abcdblog.fr/

Quant à ma Ville Utopique, c’est un projet que j’ai commencé il y a 10 ans. Depuis, j’en ai fait 2 versions : une qui est basée sur le plan de Rome et une autre qui s’inspire du plan de Milan avec pour idées sous-jacentes de donner vie à ce concept de ville utopique incroyable.


©Emmanuel Di Giacomo – 2019

Je ne compte plus les heures passées sur ce projet, car lorsqu’on aime, on ne compte pas !

Mais si on devait faire une estimation rapide, je dirais environ 80h par mois que l’on multiplie par douze mois, puis par dix ans, autrement dit près de 10 000 heures en tout.


©Emmanuel Di Giacomo – 2019

 

Déjà avant le lycée, j’étais passionné par le futurisme, le numérique et la 3D qui permettent justement de donner vie à cette utopie et de lui donner ainsi plus de force.


©Emmanuel Di Giacomo – 2019

 

Créer cette Ville Utopique, me permet de combler le manque de créativité architecturale lié au poste que j’occupe et qui est plus relationnel. C’est aussi un moyen d’expérimenter en live l’application et de prouver que Revit est un outil magique et puissant de création architecturale contrairement à ce que certains pensent ou disent.


©Emmanuel Di Giacomo – 2019

 

Lien ville utopique : https://www.facebook.com/revitarchitectureutopiccity

 

  • Pour toi qui a une vision du BIM qui va bien au-delà de nos frontières, pourrais-tu nous donner ton avis d’expert sur l’adoption du BiM en France ? les bénéfices ? les freins ? aussi bien en phase conception qu’en phase exécution ?

En France, plusieurs études ont confirmé que les documents des projets BiM sont de bien meilleure qualité que sur des projets classiques.

 On a également une approche beaucoup plus précise pour la quantification des matériaux et il y a beaucoup moins d’erreurs qu’auparavant.

 On constate également une très nette amélioration de la coordination entre tous les intervenants ainsi qu’une meilleure communication. Néanmoins, force est de constater que le marché français n’est pas encore vraiment prêt pour adopter pleinement le BIM.

Il faudrait plus de moyen tout en allant progressivement dans la démarche. Pour cela, il faudrait fournir aux entreprises les outils nécessaires pour utiliser le BIM.

Pour moi, les freins seraient plutôt le fait qu’il y ait une grande frilosité de la part de certains acteurs et notamment de la part des architectes qui craignent parfois cette transformation, même si cela est en train de changer petit à petit.

Les entreprises n’arrivent pas à se projeter. Elles manquent souvent de temps et de moyens et ont aussi très peur du changement.

Je rajouterai également qu’il y a un cruel défaut de formation BIM pour les étudiants, et notamment chez les jeunes architectes et ingénieurs qui sortent parfois de l’école peu ou pas formés.

Être formé sur des logiciels ne veut pas dire être formé au BIM.

Les freins sont généralement psychologiques et pour les supprimer, il faudrait voir plus loin que le prix et considérer davantage tous les bénéfices que le BIM peut générer.

 

  • Selon toi, quelle est l’importance de la gestion des données et de l’Intelligence Artificielle dans le processus BiM ?

Les acteurs entendent parler de la gestion des données et de l’Intelligence Artificielle mais il manque une véritable stratégie nationale avec un ensemble d’entreprises impliquées et des outils plus adaptés pour permettre une évolution beaucoup plus rapide et faire en sorte que les Datas soient accessibles, structurées et deviennent quelque chose de commun.

Pour l’instant, hormis des professionnels comme BIM Cloisons ou des structures très importantes, il y a encore beaucoup de chemin à parcourir avant que cela ne soit une évidence pour tout le monde.

Il faut savoir qu’aujourd’hui, il doit y avoir aux alentours de 5 et 10% des TPE/PME du BTP qui font réellement du BIM et pour la plupart très récemment.

Il est donc bien difficile de leur demander de faire de la gestion de données efficace et structurée tant qu’elles n’ont pas encore acquis les bases du BIM, et ce, même si là aussi les bénéfices de ces processus et technologies sont incontestables.

« Le BIM et la transition digitale c’est le rôle de tous de s’impliquer afin que cela avance »

 

  • A ton avis, qu’est ce qui pourrait faciliter l’accès au BiM pour les TPE & PME ?

Pour moi, il faudrait qu’il y ait un réel engagement financier de la part des pouvoirs publics.

A titre d’exemple, au Royaume-Uni, le gouvernement a débloqué plus de 72 millions de pounds pour faciliter la transition digitale du secteur du BTP contre 1 million d’euros en France avec le programme SIMSEO et 10 millions plus récemment avec le plan BIM 2022.

Il faudrait également mettre en place une communication beaucoup plus efficace, comme c’est le cas en Angleterre afin de sensibiliser davantage tous les acteurs du BTP.

Personnellement, je suis partisan de l’obligation du BIM pour les marchés publics en France ce qui est déjà le cas dans la majorité des autres pays Européens. Une étude sur l’adoption du BIM en France réalisée avec les Cahiers Techniques du Bâtiment l’année dernière a notamment révélé que plus de 33% des répondants étaient pour l’obligation du BIM.

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que même si le BIM n’est pas encore obligatoire, il est fortement conseillé et fera progresser toute la filière du BTP.

 

  • Et pour terminer ce témoignage, pourrais-tu nous donner brièvement ton ressenti sur le travail réalisé par BiM Cloisons ?

BIM Cloisons propose une offre de logiciels avec une réelle cohérence entre les différents modules.

Cela permet d’obtenir un niveau de détails incroyable avec les vis, les ossatures, les isolants… etc, tout en maîtrisant les quantités et en anticipant les éventuelles erreurs de conception et conflits entre disciplines

Ce qui se dégage de vos logiciels, c’est qu’il y a une vraie cohérence, une vraie intelligence métier liées à votre expérience passée, et qui permet d’optimiser tout le lot cloisonnement d’un projet à partir de la maquette numérique et aussi de diminuer les déchets.

Finalement, le logiciel est le parfait complément au travail de la maitrise d’œuvre car il permet d’obtenir des maquettes beaucoup plus précises et qualitatives, et ainsi de donner une image positive sur le marché et montrer que le BIM pour les TPE / PME, c’est possible !

BiM Cloisons réussit à rendre l’entreprise plus performante en la propulsant réellement dans le XXI ième siècle voire déjà en 2020 – 2021.

BiM Cloisons est la preuve vivante que les entreprises sont capables d’y arriver et d’être efficaces grâce au BIM.

 Je suis également réellement impressionné par le contenu de vos publications et ce que vous faites, et honnêtement, je ne vois pas ou vraiment peu de contenus qui soient au même niveau que celui de BiM Cloisons.

Je tenais à vous remercier Karim et Marylène pour le travail important que vous réalisez.

 Je vous souhaite d’avoir encore plus de succès et d’être toujours plus performants. Vous faites partie des entreprises qui font avancer le BIM en France, vous motivez le marché, et c’est important qu’il y ait des personnes comme vous dans ce domaine-là.

 

Encore mille mercis Emmanuel d’avoir pris le temps de répondre à nos questions, et nous aussi nous tenions encore une fois à te féliciter pour cet incroyable travail que tu fournis avec tant de brio et de passion, et qui n’a d’égal que ta gentillesse et ta disponibilité.

Merci encore Emmanuel et à très bientôt pour de nouvelles aventures tout en BiM !

Retour aux actualités