La 1re solution BIM entièrement dédiée aux métiers du plâtre et de l'isolation
Assistance

Immersion au cœur du chantier de l’hôpital d’Ajaccio et du BIM

Lors de notre visite sur le chantier du Centre Hospitalier d’Ajaccio le 31 Mai dernier, nous avons eu la chance de pouvoir nous entretenir avec M. Joe CALABRESE le chef de projet des lots architecturaux pour l’entreprise INSO ( entreprise Italienne attributaire du chantier en conception et réalisation ) .Nous vous proposons une petite interview de ce jeune ingénieur au combien attachant et expert dans son domaine. Il nous parle sans langue de bois de sa perception et de l’utilisation du BIM au quotidien sur un chantier aussi important que celui de l’Hôpital d’Ajaccio.

Bim Cloisons : Bonjour Joé, à l’heure où le BIM monte en puissance et suscite de plus en plus d’intérêt et de curiosité pour nos entreprises, nous avons souhaité te donner la parole pour partager ton retour d’expérience sur l’utilisation du BIM en phase exécution d’un chantier aussi important que l’hôpital d’Ajaccio sur lequel tu œuvres depuis plus d’un an.

Tout d’abord et pour ceux qui ne te connaissent pas encore, peux-tu te présenter et nous parler de ton parcours professionnel et aussi nous présenter la société pour laquelle tu travailles ?

Joé Calabrese : Bonjour, je m’appelle Joe CALABRESE, et je suis diplômé ingénieur auprès de la faculté de Florence en Italie. Pendant mes études, j’ai entre autre fait un stage, chez GFC construction sur un chantier important le STOA à Montpellier. Puis j’ai continué mon master en Italie et ensuite j’ai été embauché chez INSO.

INSO naît dans les années 1960 et sa mission était alors de réaliser la préfabrication de stations-service de carburant et d’achever ainsi le cycle du pétrole : de l’extraction jusqu’à la distribution du produit fini. Dans les années 1970, la Division étend son activité à la réalisation d’écoles, et de bâtiments logistiques d’urgence. En 1976 elle est transformée en société par actions avec sa dénomination actuelle, étant l’acronyme de « infrastructures sociales ». La nouvelle société s’introduit de plus en plus dans le secteur de la construction, en réalisant des bureaux, des hôtels, des laboratoires de recherche et surtout des hôpitaux « clés en main ».

INSO réalise des chantiers un peu partout dans le monde : chantiers en Martinique, Guadeloupe, Pologne, Turquie , Cathare, Grèce, Serbie, Algérie, c’est un groupe international.

INSO c’est la culture du projet, la force de l’intégration et les principaux axes sont :

Construction : Hôpitaux, bâtiments commerciaux et le secteur tertiaire, la construction d’installations, complexes industriels et installations pharmaceutiques.

Concessions : Les principales interventions dans des partenariats public-privé, le financement de projets, des concessions de construction et de gestion, la gestion des services

Technologie médicale : Fourniture, installation, mise en service et les essais d’équipements médicaux, l’ingénierie clinique, la formation du personnel.

Bim Cloisons :Comment s’est passée ton arrivée chez INSO ? Qu’est-ce qui t’a décidé à rejoindre ce grand Groupe et quel défi à relever t’a motivé ?

Joé Calabrese : Ce fut un   recrutement classique, j’ai envoyé mon cv puis j’ai été contacté au départ pour un autre chantier que celui d’Ajaccio. Puis le fait d’être bilingue et d’être de double nationalité (franco Italienne) , ils ont vu une autre possibilité de m’envoyer sur un autre chantier, plus intéressant .Au départ, c’était pour un gros chantier en Martinique, je souhaitais en effet faire un gros chantier   suite à mon expérience chez GFC, et peut être aussi parce que j’ai cela dans le sang (mon grand-père était ingénieur dans le bâtiment et je voulais travailler sur un gros chantier, je voulais toucher à quelque chose de grand). Un grand projet , ne pas rester en Italie et partir voir des grands chantiers. INSO donne cette chance justement aux jeunes diplômés et continue de former ces nouvelles recrues, jeunes ingénieurs et jeunes collaborateurs. INSO est à l’écoute de son personnel …et a une dimension humaine, dimension presque parfaite pour ça….c’est une grosse taille humaine je dirai ..car avec INSO , on peut attaquer  des chantiers très importants comme les hôpitaux par exemple  (les hôpitaux sont des chantiers complexes mais complets au niveau des réseaux et de l’ architecture )

Donc pour conclure, je suis arrivé sur l’hôpital d’Ajaccio le 17 avril 2016, .. ça fait un an

Bim Cloisons : Comment as-tu découvert le BIM et quelle en est pour toi la définition ?

Joé Calabrese : J’ai découvert le BIM à l’université au niveau master, et on va dire que ça a été  « le 1er petit coup de foudre »… j’ai vu qu’il y avait quelque chose à faire avec. AU départ, cette nouvelle technologie  semblait dur. De plus il n’est pas forcément évident de changer surtout après avoir pratiqué pensant 6,7 ans avec AUTOCAD, de changer de logiciel , pour un autre logiciel, ici REVIT pour faire du BIM. Cependant j’ai ressenti quelque chose de différent, de fascinant je dirai même, de plus technique, beaucoup plus utile et plus élaboré. Au départ même si cela semble plus complexe, Je dirai cependant que le BIM facilite la vie.

“Je dirai presque que Autocad et la 2D se sont des « outil de travail » alors que je qualifierai Revit et le BIM de « collègue de travail » !”

Au BIM (et à Revit ) on peut poser une question on a une réponse alors que Autocad et la 2D,il faut aller chercher la réponse … Attention, ça n’enlève pas le savoir-faire à l’ingénieur ni de l’architecte bien au contraire, ça le complète ça le rend plus fort ..plus préparé , c’est un atout en plus.

Bim Cloisons : Quelles sont pour toi les avantages et les inconvénients du BIM sur un projet tel que l’hôpital d’Ajaccio ?

Joé Calabrese : Inconvénients du BIM : pour pouvoir en profiter il faut savoir très bien l’utiliser, exemple sur un chantier comme Ajaccio, il y a beaucoup d’intervenants et l’idéal serait que tous soient au même niveau. Malheureusement ce n’est pas encore le cas. On a vu que certains sont au début alors que d’autres maitrisent plus….il y a des débutants et des personnes qui le maitrisent davantage. Il y a un gros décalage mais cela va évoluer, on est à la première génération de personnes qui utilisent le BIM. Je pense qu’avec la deuxième génération, d’ici quelques années , ce sera autre chose et ce sera plus facile.

 Avantages : ça simplifie la vie de manière incroyable…mais attention, si et seulement si le BIM est bien fait. Attention car si la maquette n’est pas bien faite ça ne sert à rien, et c’est même pire qu’Autocad je dirai. En revanche si c’est bien fait ça simplifie énormément la vie. Cela permet de sortir des quantités, des données quasi au «  millimètres je dirais ».. surtout très utile pour la gestion de chantier, c’est un instrument , dont je ne pourrai plus me passer ! Je sais les quantités précises de portes , de cloisons, de fenêtres…..plus la maquettes est détaillée et plus d’informations je peux en sortir et plus mon travail va être facilité et facile pour la gestion du chantier, en particulier pour les commandes. Je peux ainsi facilement vérifier si j’ai des problèmes sur le chantier du point de vu matériel si il en manque. Au niveau graphique, si chacun fait sa maquette correctement et que l’on les met ensemble , c’est génial ! On voit le prototype du projet numérisé, modélisé, et on peut questionner comme on veut on aura toujours une réponse. Dès le début on saura si il y a un clash.. alors qu’avant on voyait le clash … presque trop tard …c’est à dire sur le chantier. Bien sûr, je ne parle pas de gros clash mais de petits détails qu’on devait auparavant résoudre sur le avec le BIM on peut désormais les anticiper

Certes il y aura toujours des petites choses à voir sur le chantier, attention car ce n’est pas une machine qui construit l’hôpital d’Ajaccio, ce sont des humains, mais le BIM permet d’éliminer et d’anticiper les problèmes. Je pense que dans 5-6 ans on ne pourra plus s’en passer

Bim Cloisons : Quel est ton sentiment quant à la position des entreprises vis-à-vis du BIM ? Sont-elles très impliquées dans la démarche ? ou au contraire faut-il les ‘’ tirer ’’ pour obtenir les rendus et les livrables dont tu as besoin ?

Joé Calabrese : En général je dirai qu’il faut plutôt les tirer. Il y a des entreprises qui sont plus impliquées que d’autres, certains se sont investis dès le début, se sont impliqués et l’investissement a porté des gros résultats. Certains au départ n’ont pas cru au système, ou n’ont pas compris le pouvoir du système, n’avaient pas compris l’enjeu et là ils commencent à s’apercevoir qu’ils ont peut-être loupé quelque chose (peut être par méconnaissance aussi) ?) ..mais ils vont rattraper le retard… Ensuite, c’est aussi une politique interne de la société on ne peut pas les obliger… D’une manière générale, je dirai 50 % 50 % : une partie est investi, et pour l’autre il a fallu les pousser et leur montrer le résultat des autres…après ils ont vu que certaines entreprises avaient réussi leur pari donc ils se sont dits pourquoi pas ? L’important c’est de s’y mettre , de comprendre et de changer.. c’est un bon état d’esprit c’est une bonne résolution. Si tu comprends et que tu changes c’est un bon état d’esprit..

Bim Cloisons : Côté BIM CLOISONS nous avons réalisé sur ce projet la maquette cloison en phase exécution ainsi que les plans d’exécution, les tableaux d’analyses et les métrés de ce lot, en étroite collaboration avec toi. Peux-tu nous donner brièvement et toute sincérité ton ressenti par rapport au travail commun que nous avons réalisé et quelles sont pour toi les aspects les plus pertinents ainsi que les avantages et inconvénients de notre solution BIM CLOISONS.

Joé Calabrese : Honnêtement, j’ai été positivement surpris…je n’avais pas encore trouvé autant d’implication de la part d’un collaborateur ou d’un partenaire. Il y a d’une part la qualité du travail mais aussi l’implication. Je sais que souvent j’ai demandé des choses non prévues. J’en suis conscient, et j’ai trouvé un partenaire…à l’écoute et particulièrement réactif.

Bim Cloisons : Par rapport aux livrables que nous t’avons fournis ? qu’est ce qui pourrait être amélioré ?

Joé Calabrese : Peut-être les tableaux de quantité, mais ils sont presque parfaits. J’ai toutes les infos qu’il me faut, les plans sont très lisibles et simples à lire. Peut-être, j’ai souvent remarqué les doublages et les montants ce n’est pas forcément très visibles sur les plans, peut-être mettre des annotations plus importantes et/ou trouver un système de symbole, un repérage plus aisé. Ils sont dessinés mais s’ils sont en tout petits difficilement visibles. Ceci étant il faut connaitre aussi les règles de pose. Souvent sur des gros chantiers, les poseurs avancent et ils posent… et tous ne vont pas forcement se poser la question par rapport aux différentes typologies de cloisons et à la position des montants. Ce sont des êtres humains, il y a des chefs d’équipe et le chef d’entreprise qui va vérifier.. Il faut souvent rappeler aux poseurs les règle de pose. C’est à moi aussi de donner les bons instruments pour travailler sur le chantier, plus on donne des indications précises , plus il va aller plus vite et faire un travail de qualité. Et ce n’est pas de lui laisser moins d’autonomie bien au contraire, mais c’est l’aider à aller plus vite et travailler mieux. Si on peut les aider tant mieux et si on donnes ces informations là c’est que elles sont importantes. Donc pour conclure, de façon générale et si on veut vraiment trouver quelque chose à redire, je dirai peut être cela à savoir donc rendre plus lisibles les ossatures et les règles.

Bim Cloisons : Par rapport aux tableaux de quantités des choses à améliorer ? tableaux par famille de produits ? Est-ce que tu aimerais un tableau qui récapitule tous les produits par zone ?

Joé Calabrese : Sur une commande unique peut être oui pour les petits chantiers, mais sincèrement sur des gros chantiers comme l’hôpital d’Ajaccio pour moi les tableaux sont parfaits.

Merci beaucoup Joe, pour le temps accordé et nous te souhaitons une très bonne continuation pour la suite du chantier.

Retour aux actualités